profession: fossoyeuse

cimetiere2

Voici notre cimetière de poules.

J’ai été obligée de faire deux trous cette semaine.

1- Notre Gloglo qu’on aimait tant nous a quittée, on a eu beaucoup de peine. Beaucoup, beaucoup. C’était notre poule préférée. La chef de meute de la première batch de poulettes qu’on a reçues en arrivant à la campagne, L’an dernier on s’est aperçu qu’elle était aveugle. On s’est arrangé pour qu’elle ait quand même une belle qualité de vie. On voulait pas s’en débarrasser, comme ça, pour services rendus, pis par amour (oui je sais c’est weird, mais c’est comme ça).

2- Le lendemain, je vais faire le train, je rentre dans le poulailler et deux poules qui sont dans un enclos à part, sont mortes. De manière violente. Je croyais au départ que c’était une troisième poule qui avait fait le coup, mais elle était tellement traumatisée et pas une seule goutte de sang sur elle. Meurtrier toujours au large. On n’a pas d’indices. Peut-être une belette. La pauvre survivante en a eu pour deux jours avant de vouloir retourner dans le poulailler. Les deux mortes sont des poules Bendy. Toutes petites, toutes cutes qu’on gardait pour notre voisin. Elles ont eu droit aux grands honneurs d’un enterrement elles aussi.

On est donc rendu a 4 croix dans notre cimetière de poules.

2 nov: ajout:

Une poulette blanche encore massacrée ce matin. Mon écrivaine a passé la journée à refaire un bout de plancher du poulailler et à boucher les trous. On est de plus en plus sûr que c’est une belette. Alors en plus elle a été acheter et installer un piège. Une croix de plus dans notre cimetière à poules…

Publicités

la preuve

photoOn voit que je suis pas très à l’aise. Comme c’est la première fois que je mets une selle à un âne, on s’entend que c’était pas assez serré (et peut-être pas à l’endroit parfait non plus, who knows…), j’ai donc glissé tout doucement sur le côté quand j’ai voulu descendre en me servant d’un étrier… Vous voyez l’image?